Nudibranches

nudibranche-limace-mer-caraïbe-martinique

Les nudibranches, d’extraordinaires limaces de mer aux couleurs fluorescentes. Des excroissances partout, un corps moulant et ondulant… En effet, les nudibranches qui vivent dans les mers tropicales à faible profondeur, arborent une physionomie originale et des couleurs resplendissantes largement visibles dans les océans. Ces mollusques perdent leurs coquilles lorsqu’ils deviennent des « limaces-adolescentes » et présentent ainsi la particularité d’avoir des branchies nues, d’où leur nom. Parthénogenèse. Mais l’originalité de cette espèce ne s’arrête pas là.
Sur le dos, l’animal peut porter des excroissances tégumentaires, les papilles, qui servent de branchies et dans lesquelles se trouvent les prolongements de la glande digestive, un panache branchial, des lamelles sous le manteau ou d’autres appendices. Il est porteur de différents tentacules, dans la majorité des cas deux paires, qui ont chacun leur rôle. Une paire sert à « palper » le terrain et l’autre paire sert de « nez », ce sont les rhinophores. Ces organes sensoriels servent surtout à la recherche d’un partenaire. Les yeux des nudibranches sont rudimentaires et en profondeur, proches des ganglions cérébroïdes, voire collés à eux et ne servent qu’à détecter les variations de lumière.
Côté reproduction, les nudibranches sont aussi un peu spéciaux. Hermaphrodites, les limaces portent à la fois un système reproducteur masculin et féminin. Bien qu’il ne soit pas capable de s’auto-féconder, le nudibranche est ainsi capable de donner naissance à une progéniture sans partenaire.  C’est ce qu’on appelle la parthénogénèse : les œufs se développent sans intervention d’un partenaire ce qui donne naissance à des clones de la limace mère.
Côté alimentation, les nudibranches sont carnivores ! Éponges, petits crustacés, œufs de poissons, chaque espèce a ses préférences mais toutes n’hésitent pas à utiliser leur puissante mâchoire pour attraper et déguster leurs proies. Leur peau fortement colorée fournit un moyen efficace de dissuasion pour les prédateurs qui croient qu’elles sont toxiques. Si ça ne fonctionne pas, le nudibranche passe à l’action et parvient à s’échapper en contractant rapidement son corps, ce qui le fait ramper bien plus vite que d’ordinaire.
Quelques nudibranches ont de remarquables capacités de régénération et sont capables de pratiquer l’autotomie c’est-à-dire une auto-amputation d’une partie du corps qui se régénérera par la suite.
Aujourd’hui, ces petits mollusques sont sous la menace de l’acidification des océans. Le niveau de dioxyde de carbone océanique augmente de plus en plus et endommage les milieux tropicaux. Or, l’acidité excessive des océans peut entrainer la dissolution de la coquille des larves des nudibranches et par conséquence, leur mort. Ces limaces jouent aussi un rôle essentiel dans la conservation de leur écosystème. Lorsqu’elles se nourrissent d’algues, elles empêchent les végétaux aquatiques de proliférer et de nuire aux espèces environnantes. Les écologistes gardent ainsi un œil sur la santé de ces magnifiques gastéropodes et espèrent que leur écosystème soit préservé.