Fonds Saint Denis

Commune du Nord de la Martinique située près de la montagne Pelée sur les flancs des Pitons du Carbet.

Commune rurale située à l’écart des grandes voies de communication et sans même une ouverture sur la mer, Fonds-Saint-Denis apparaît comme l’une des communes les plus isolées de la Martinique.
Village sans doute le plus fleuri de l’île aux Fleurs, Fonds-Saint-Denis propose à ses visiteurs un véritable festival de couleurs surtout près de l’église
Signalons également devant cette église un surprenant monument aux morts, avec le plus petit ou l’un plus petits soldats de France.
Avec le tourisme, l’agriculture de type tropical est la principale activité de Fonds-Saint-Denis avec des plantations remplies d’oiseaux où l’on trouve tour à tour :
• des fleurs exotiques : alpinia, anthuriums, hibiscus, jasmin, balisiers, oiseaux de paradis, roses de porcelaine, etc…
• des légumes des Antilles: ignames, patates douces, dachines ou choux de chine, choux durs et choux blancs, giraumons, christophines, …
• des arbres fruitiers tropicaux : orangers, mandariniers, pamplemoussiers, cocotiers, goyaviers, manguiers, néfliers, …

Situation Commune du Nord de la Martinique Habitants Les Denisiens /  Denisiennes
Nb d’Habitants 1000 habitants environ Mairie 05 96 55 88 88
Office du Tourisme N/C Mail/Site N/C
Crèche  N/C Code Postal 97250

 

Histoire

Fonds-Saint-Denis est à l’origine un quartier de Saint-Pierre. Passage obligé au 17ème siècle entre Saint-Pierre et Fort-Royal, Fonds-Saint-Denis fut bâtie sur une ligne de crêtes. C’est sur ces terres que le premier moulin à vent de la Martinique fut installé.

On notera qu’en 1902, Odilon Darsieres, propriétaire de l’Habitation Chabert, sa résidence de campagne, assista à la catastrophe et réussit à se sauver avec sa femme et ses trois enfants . Son récit fit le tour du monde sous l’intitulé : » La catastrophe de la Martinique _ notes d’un reporter Odilon Darsieres ».

Suite à l’éruption de la montagne pelée le 8 mai 1902, les habitants de Fonds Saint Denis, ainsi que certains du Morne Rouge, trouvèrent refuge dans la commune de Fort de France, dans les lieux dits de La Médaille, Tivoli et Colson, ceci afin d’éviter l’entassement à Fort de France.

Le premier maire de la commune est Joseph Marie Emmanuel de Rozan. De 1893 à 1898, Pierre Pastour lui succède et à cette époque la commune compte 1500 habitants.

En 2012, Fonds-Saint-Denis compte moins de 1000 habitants et l’activité économique de la ville est essentiellement agricole.

Enseignement

Les écoles primaires publiques
École maternelle et élémentaire le Bourg 05 96 55 86 86

À découvrir

L’Observatoire Volcanique et Sismologique du Morne des Cadets (05 96 78 41 41). Après l’éruption de 1902, A. Lacroix fit construire un observatoire qui fonctionna jusqu’en 1925. Le volcan ne donnant plus de signe d’activité, on décida d’arrêter les observations durant quatre ans. En 1932 il fut décidé la construction de l’Observatoire actuel. A cette époque l’équipement était constitué essentiellement de sismographes dont le plus spectaculaire était un « Quervain-Picard » de 20 tonnes, d’un gravimètre, etc… Après l’éruption de la Soufrière en 1976, le réseau de surveillance de la Martinique a été  modernisé. Il comporte donc  actuellement une vingtaine de stations géophysiques. Toutes les données sont transmises par signaux radio à l’observatoire ou elles sont automatiquement traitées sur ordinateur. A cela s’ajoutent des mesures périodiques effectuées par le personnel de l’observatoire (géochimie des eaux, nivellement, variations des distances). L’OVSM informe de l’activité volcanique et sismique avec ses bulletins mensuels. L’observatoire met aussi à disposition en temps quasi-réel une photo de la Montagne Pelée.

Les Pitons du Carbet (point culminant 1220 mètres)
La Montagne Patate des Plantes
La Haute vallée du Jardin.
Le site de la Porte d’Enfer (au centre).
La cascade de Saut-Gendarme : un endroit parfait pour pique-niquer et se baigner. Des tables, des bancs, un gué et une belle chute d’eau (10 mètres de haut) qui tombe dans une grande vasque… Que demander de plus
La source sulfurée au nord (614 m).
La forêt tropicale