Trinité (La)

Située sur la côte atlantique de la Martinique, Trinité en est une des trois sous-préfectures créée par décret en date du 15 septembre 1965. Elle compte sur son territoire Tartane et la presqu’île de la Caravelle au bout de laquelle le château Dubuc surplombe une mangrove. Son passé riche et prestigieux fait d’elle un site admirable où se mêlent délicieusement les vieilles pierres et l’architecture moderne, où se côtoient sans heurts des plages de rêve et une nature riche et verdoyante. Trinité est distante d’une trentaine de kilomètres du chef-lieu, Fort-de-France. On y accède par un réseau routier fluide, agréable à pratiquer.

Elle se situe en bordure de l’océan Atlantique dans la partie nord-est de l’île. Sa presqu’île, la Caravelle est facile à repérer : c’est l’appendice visible en haut et à droite sur la carte. C’est l’un des sites les plus prestigieux de l’île.  Son territoire s’étend sur un versant maritime et un versant intérieur dont les terres riches et fertiles abritent des champs de cannes et de bananes qui jouxtent des quartiers ruraux aux noms évocateurs : Bellevue, Tracée, Merveilleuse, Brin d’amour….

Situation Située sur la côte atlantique Habitants Les Trinitéens / Trinitéennes
Nb d’Habitants 15000 habitants environ Mairie 05 96 58 20 12
Office du Tourisme 05 96 58 69 98 Site www.ot-trinitemartinique.fr
Crèche  05 96 58 46 77 Code Postal 97220

 

Histoire

Née en 1658, Trinité fait partie à l’origine d’un vaste ensemble : la Capesterre, qui ne comportait pas moins de six communes : Lorrain, Marigot, Sainte-Marie, Robert, Gros-Morne, Trinité. C’est en se détachant de cet ensemble que sa paroisse est créée.
Le père Boulogne est le premier curé de la paroisse et sa dévotion à la Sainte Trinité aura valu ce nom baptismal à la commune, à moins que ce ne soit l’existence des trois quartiers à partir desquels s’est formée la paroisse :
• Le Petit Brésil (qui aurait accueilli à l’origine des Juifs brésiliens.)
• La Citerne, au mitan duquel trônait une citerne approvisionnant en eau les habitants.
• La rue Paille dont les toits des habitations étaient recouverts de chaume.
Le développement de la commune débute autour de la vie militaire, principalement à cause des deux fortins installés de part et d’autre du territoire pour parer l’attaque anglaise (Le Fort Ste Catherine, La Batterie de la Caravelle). Aujourd’hui on peut admirer deux de ces canons face à l’hôtel de ville.  Mais le vrai développement s’amorce quand une politique de développement routier est mise en place. Ainsi en est-il quand le gouverneur Blénac autorise en 1678 la communication entre Trinité et Fort-de-France d’une part et Trinité et ses quartiers d’autre part.
La communauté doit alors son développement à la production de cacao, de coton, et de sucre qui fait affluer commerçants, marchands et acheteurs.
La grande baie naturelle prédestinait le quartier à devenir un port fréquenté où nombre de vaisseaux en provenance de Nantes notamment pouvaient accoster en toute sécurité. Trinité devient alors durant tout le XVIIe siècle et jusqu’au XIXe siècle le port stratégique de la côte atlantique.

Enseignement

Académie Martinique  : www.ac-martinique.fr

Ecoles Maternelles
• école maternelle Justine Lemus 05 96 58 22 66
• école maternelle Pierre Cirille 05 96 58 35 51
• école maternelle Auguste Rejon 05 96 58 63 41

Ecoles Elémentaires
• École élémentaire Auguste Rejon 05 96 58 60 51
• École mixte quartier Tartane 05 96 58 22 12
• École mixte Pierre Cirille 05 96 58 22 11
• École mixte de Bellevue 05 96 58 22 10
• École primaire Honoré Guyot 05 96 58 20 7
• École Ultima Vestris 05 96 58 22 51

Collèges publics
• Collège Rose Saint Just 05 96 58 20 73
• Collège Beauséjour 0596581609

Lycées d’enseignement général et technologique publics
• Lycée Général et Technologique Frantz Fanon 0596582196
• Lycée Professionnel 0596657464
• Lycée Professionnel Maritime 0596582213

À découvrir

Le sucre et le rhum : une longue histoire.
Le XVIIIème siècle est, par excellence, le siècle du sucre puisque dès la fin du XVIIème siècle, les petites propriétés font place aux grandes habitations, les surfaces cannières prolifèrent et l’économie de plantation se met à fonctionner.

Le Château DUBUC et l’Usine du Galion sont les deux témoins de cette formidable histoire sucrière qui contribua au développement de La Trinité.
Il existe encore une distillerie familiale qui propose un rhum goûté par les connaisseurs La distillerie Hardy.