Baleine à bosse

 

Baleine-a-bosse-monde-sous-marin-martinique

 

 

Baleine-a-bosse-monde-sous-marin-martinique-1

 

 

Baleine-a-bosse-monde-sous-marin-martinique-2

 

 

Baleine-a-bosse-monde-sous-marin-martinique-3

 

 

Baleine-a-bosse-monde-sous-marin-martinique-4

La baleine à bosse également appelée mégaptère, jubarte ou rorqual à bosse est un mammifère marin. On lui donne le nom de baleine à bosse car elle fait le dos rond juste avant de plonger. Elle pèse en moyenne 25 tonnes. Sa taille est d’environ 15 mètres de longueur. C’est la plus bavarde des baleines : craquements, gargouillis et gémissements. La baleine à bosse chante. Elle peut vivre jusqu’à 48 ans.
Son corps est massif, noir sur le dessus et blanchâtre sur la partie ventrale. La tête et la mâchoire inférieure sont couvertes de petits follicules pileux. L’aileron dorsal est placé aux deux tiers de la longueur du corps. Les nageoires pectorales sont très longues car elles peuvent atteindre un tiers de la longueur du corps, et la caudale, noire sur le dessus et blanche en dessous, est large et puissante. La jubarte possède de seize à vingt replis ou sillons ventraux permettant une plus grande dilatation de la gueule (un peu à la façon d’un soufflet d’accordéon), et sa bouche est équipée de 270 à 400 fanons disposés de part et d’autre des mâchoires.
Elle vit dans les océans et les mers du monde entier. Durant les mois d’été, les baleines à bosse se trouvent en Antarctique, où elles se nourrissent de petites crevettes(le krill), de plancton et de bancs de petits poissons comme le hareng. A cette période, elles font des réserves de graisses afin d’entamer un long voyage de deux mois vers  les eaux tropicales ou subtropicales pour la saison de reproduction et la mise bas. Après la naissance de leurs petits, quand ceux-ci seront assez forts pour se déplacer et supporter les eaux froides, les baleines retourneront vers les zones antarctiques pour se nourrir.  C’est un cétacé migrateur qui peut parcourir 25.000 km dans l’année.
Les parades nuptiales ont lieu l’hiver. Plusieurs mâles se regroupent autour d’une femelle et rivalisent de figures étonnantes pour un animal de cette taille et de ce poids. Les sauts hors de l’eau peuvent atteindre 5 mètres. La gestation dure de onze à douze mois. Lors de la naissance, le jeune baleineau mesure un peu plus de 4 mètres et pèse environ 700 kg. Il tête sa mère pendant six mois et son sevrage est terminé au bout d’un an. Le jeune quitte sa mère l’année suivante lorsque sa taille avoisine les 9 mètres. Mâles et femelles atteignent leur maturité sexuelle vers cinq ans lorsqu’ils ont presque leur taille définitive, soit entre 15 et 17 mètres.
La baleine à bosse emploie alternativement la méthode de chasse directe en fonçant sur le banc la gueule grande ouverte, ou étourdit ses proies en frappant l’eau avec ses nageoires pectorales. Cette espèce a mis au point une technique de chasse en groupe très particulière : le filet à bulles. Lorsque les cétacés ont repéré un banc de poissons, ils se regroupent et tournent en rond sous les poissons en larguant de l’air par les évents. Les bulles forment une barrière visuelle qui contient le banc de poissons dans un espace de plus en plus restreint. Brusquement, comme en réponse à un signal invisible, les baleines se précipitent vers la surface gueule ouverte, engloutissant de grandes quantités de poissons en une seule fois. C’est probablement l’action de coopération animale la plus spectaculaire.
Le plus souvent elle nage seule mais elle peut également rejoindre des groupes qui se forment provisoirement. Les plongées durent généralement entre 8 et 15 minutes mais peuvent durer jusqu’à 30 minutes. Avant de plonger elle fait le « dos rond » (ce qui lui a valu son nom) et dresse sa nageoire caudale hors de l’eau. La baleine à bosse ne craint que l’orque mais elle parvient fréquemment à se sortir de ce mauvais pas. Seuls les jeunes payent un lourd tribut aux attaques.
La baleine à La baleine à bosse est en voie de disparition à cause de la chasse, de la pollution, des accidents des bateaux et des accidents des filets.
Depuis plusieurs années, les zones de migration de la baleine à bosse  ont été identifiées. En effet, on trouve des zones d’alimentation au niveau de Cape Cop, du Golfe du Saint-Laurent, et jusqu’en Europe du Nord (Islande, …), où les baleines à bosse vont se nourrir durant les mois d’été. Les zones de reproduction, et de mise bas se trouvent quant à elles dans la zone Caraïbes, où les individus se retrouvent de décembre à mai. Dans les Caraïbes, certaines zones comme la République dominicaine sont plus fréquentées que d’autres, et donc plus étudiées. On estime aujourd’hui que 10 à 12 000 individus fréquentent les zones de reproduction dans les Caraïbes. Il n’est pas rare d’entendre le chant des baleines pendant cette période sur les côtes martiniquaises.

Une erreur sur la page ? Contactez-nous !