Accueil » La Martinique» Mer & Nature» La pêche en Martinique

La pêche en Martinique

Description

La pêche en Martinique se pratique essentiellement de façon artisanale. Plusieurs techniques, dont certaines très anciennes, lesquelles sont héritées des indiens Caraïbes, se sont développées sur un plateau continental étroit :

  • la pêche le long des côtes, soit à la nasse, soit à la ligne
  • la pêche à la senne qui se pratique depuis la plage
  • la pêche au large qui se pratique au delà de la visibilité des côtes, appelée « pêche à Miquelon »
La pêche à la nasse

C’est une technique de pêche très pratiquée par nombre de pêcheurs le long des côtes. La nasse est un casier de forme variée, faite auparavant en bambou, mais qui est constituée aujourd’hui d’une armature en bois ou en fer à béton et d’un treillis en grillage métallique.

Celle-ci est lestée de pierres et appâtée en général de poisson ou de chair de noix de coco, elle est ensuite immergée à une profondeur variant entre 10 et 30 mètres. Repérée à l’aide de bouées (bouteilles ou bidons en plastique), elle est remontée après une durée de quatre semaines environ sur une yole avec les poissons prisonniers dans la nasse. La méthode est efficace et nombre de vivaneaux, sardes, capitaines, demoiselles, chatrous, tourteaux ou langoustes seront capturés.

D’autres types de filets sont effectivement utilisés à partir d’une yole :

 – le filet maillant encerclant (65 à 2000 mètres)
– le filet maillant dérivant de surface (150 à 1000 mètres) utilisé pour capturer les poissons volants.

Les palangres et les lignes

La palangre de fond : ligne à un ou plusieurs hameçons tenue à la main et déployée à différentes profondeurs pour pêcher sardes, carangues, thazards, murènes, raies, requins, vivaneaux, mérous.

La palangre dérivante : ligne de différentes longueurs fixée à un ou plusieurs flotteurs ou bidons et comportant un ou plusieurs hameçons. La longueur ainsi que le diamètre de la ligne et le nombre d’hameçons varient en fonction des espèces recherchées qui pourront être soit de l’orphie, de
l’espadon, du requin, du barracuda ainsi que du thon.

La ligne à la traine de surface est utilisée essentiellement pour la pêche à la dorade coryphène. La ligne de traine de profondeur est plus appropriée pour la pêche au thon, barracuda, thazard ou espadon et marlin.

La pêche à la senne

Elle se pratique depuis la plage avec un filet d’une longueur qui varie entre 200 et 600 mètres. C’est une technique de pêche collective qui implique la participation de nombreuses personnes ainsi que de plusieurs embarcations.  Une fois la senne déployée en arc de cercle sur un fond sableux, les tireurs sont chargés de haler celle ci à terre.

Cette opération est dirigée par un maitre senneur depuis une embarcation. Des plongeurs en apnée sont chargés d’éviter son accrochage au fond. Cette technique de pêche est en recul sensible et ne se pratique plus que sur quelques plages.

La pêche à Miquelon

La pêche à Miquelon n’est pas une technique de pêche en soi, il s’agit d’une expression qu’utilisent les pêcheurs locaux pour désigner la pêche au large où généralement celle ci se pratique avec des lignes de traine.

Autres informations

La pêche des poissons pélagiques qui représente environ 60% de la production reste soumise à une forte variabilité des captures. Son exploitation rationnelle devrait se développer par la mise en place de Dispositifs de Concentration de Poissons (DCP) sur la bande côtière. Les DCP sont constitués de bâches flottant entre deux eaux et sous lesquelles viennent se réfugier les poissons pélagiques.

L’aquaculture tente également de se développer en Martinique. C’est ainsi qu’il existe une petite production de loups des Caraïbes, mais d’autres projets sont à l’étude.

Les Martiniquais font partie des plus gros consommateurs de poissons du monde avec près de 49 kilos/habitant et par an. Pour cause d’appauvrissement des ressources, de conditions météorologiques difficiles et de structures trop artisanales, la production locale ne peut assurer un approvisionnement régulier et suffisant. Ceci expliquant l’importation de poissons en provenance du Venezuela ou autres îles du Sud.

La flottille de pêche est une flottille artisanale essentiellement composée de yoles équipées de moteurs hors bord. Ces embarcations sont utilisées pour la pêche côtière, mais aussi pour la pêche à Miquelon.

L’ensemble de cette page est réalisé à titre d’information et dégage BelleMartinique.com de toutes responsabilités.
Ce dossier a été réalisé pour les textes par Daniel « Tous droits réservés© »

Une erreur sur la page ? Contactez-nous !